Mois de la Photo à Paris 2012

Photographes français et francophones de 1955 à nos jours

Commissaire : Leonor Nurisdany

Patrick Tosani - G. In Situ Fabienne Leclerc

Amaury da Cunha - Espace Lhomond

Roberto Battistini - Galerie Blumann

Louis Stettner - Galerie David Guiraud

Nicolas Descottes - Galerie Pierre Brullé

Richard Dumas - Galerie Vu'

Jean-Baptiste Huynh - Musée du Louvre

Denis Rouvre - La Pinacothèque de Paris

Françoise Huguier - Académie des Beaux Arts

Jean-Pierre Leloir - Le Bar Floréal

"Hommage à Jérôme Brézillon" - Galerie Sit Down

Guillaume Herbaut - Le Pavillon Carré de Baudoin

"Body language - oeuvres du Fotomuseum Winterthu" - Centre culturel suisse

Gérard Rondeau - ENSAP - Val de Seine

La photographie française et francophone de 1955 à nos jours. Vaste sujet mais défini. Une façon de proposer un thème suffisamment ouvert pour éviter le cloisonnement, mais aussi – et surtout – un moyen d’interroger la pratique photographique.

Une langue commune peut-elle rassembler les photographes, même s’ils ne partagent pas la même culture ni la même histoire ? Peut-on parler aujourd’hui de spécificité française ou francophone comme on pouvait l’envisager dans le passé ? Par ailleurs, l’apparition des nouvelles technologies (internet par exemple) a redéfini les modes de communication, bouleversant notamment l’accès aux connaissances. Certes, ces technologies ont profondément modifié notre rapport au temps et aux images, mais il serait un peu simpliste de considérer qu’aujourd’hui la « mondialisation » a gommé l’identité ou les spécificités culturelles, complexes et variées.

Au-delà de cette question de spécificité française et francophone, c’est celle d’autres liens, comme la langue et la culture, qui peut se poser ici. Que ce soit grâce au livre, au magazine ou aux « nouveaux médias », il est question de diffusion de et par l’image photographique, documentaire ou artistique. soulignons à ce propos les nombreuses expositions de photographes ayant une pratique liée au reportage, au documentaire, associant parfois des trames narratives, subjectives, ou s’orientant, dans un tout autre registre, vers la critique ou l’étude sociologique. sujets traités tantôt dans une pure tradition de photo/reportage, tantôt en se positionnant de toute évidence dans le champ de l’art.

D’autres artistes empruntent d’autres voies, animant des zones de frictions, d’ouvertures vers d’autres réalités. des espaces communs à la littérature et au cinéma notamment, auxquels de nombreux artistes français font référence. il en sera question autrement avec l’exposition « Une réalité peut en cacher une autre », que j’ai souhaité organiser pour porter une attention particulière à la toute jeune création, en proposant à des étudiants d’écoles d’art en France de réaliser des œuvres et des architectures spécifiquement conçues pour internet. Une autre réalité plutôt qu’une virtualité qui donne accès à des expérimentations photographiques inédites.

Ce Mois de la Photographie, plus qu’un instantané sur la création contemporaine, offre l’occasion de se déplacer dans différents champs de pratiques, de possibles.

Liste des expositions