Mois de la Photo à Paris 2012

Clark & Pougnaud

Lost in Meditation

26 octobre 2012 - 25 novembre 2012

Galerie Photo12

14, rue des Jardins-Saint-Paul, 4e.

www.galerie-photo12.com

Tel.: +33 1 42 18 24 21


Métro : Saint-Paul ou Pont-Marie
Du lundi au samedi : 11 h -13 h et 14 h - 18 h 30
Entrée libre


Plan sur Google maps Ajouter à ma sélection

© CLARk ET PoUgNAUD

Cette série propose une réinterprétation très personnelle des tableaux du peintre danois Vilhelm Hammershøi (1864-1916). Considéré comme le maître de la peinture danoise, Hammershøi a construit, dans une palette resserrée, un univers de dépouillement, d’intériorité et de silence. Une femme seule, généralement de dos, est souvent au centre de ses tableaux d’intérieurs. Son œuvre exprime parfaitement l’idée que nous nous faisons de la culture des pays du Nord de l’Europe à la fin du xixe et au début du xxe siècle. On y retrouve la rigueur, la solitude, la tristesse, la méditation et la beauté froide et austère qui caractérisent les pièces de Ibsen ou la musique de Sibelius.

Pour la série Lost in Meditation, Clark et Pougnaud ont choisi une unité chromatique. Dans des intérieurs au ton bleu-gris, les pointes de couleur sont apportées par les meubles. Néanmoins, leurs photographies – d’une grande rigueur de construction et qui se veulent intemporelles – laissent transparaître leur appartenance à une culture plus latine : les personnages ne sont pas désespérés mais sereins, la lumière qui vient de l’extérieur n’est pas glaciale. La technique de Clark et Pougnaud leur est très personnelle. Pougnaud, qui est peintre, construit des décors sous la forme de maquettes que photographie Clark. Ensemble, ils font les éclairages. Les personnages sont photographiés séparément puis insérés dans les décors. À la différence des travaux de Charles Matton, les maquettes, ici, ne sont pas finalisées : ce sont simplement des éléments de décor. La lumière extérieure pénètre par les fenêtres et, surtout, les lieux sont habités par des êtres en chair et en os.

Ce travail, qui se situe dans le mouvement de la figuration narrative, doit son originalité à la dualité entre l’utilisation des techniques numériques contemporaines – ils ont été lauréats du Prix Arcimboldo pour la création photographique numérique – et un univers visuel pictural se référant à des peintres du passé (Hommage à Edward Hopper, Prix hsbc, 2006) ou à des thèmes classiques (Les Contes de fées, Les Bourgeoises d’Angoulême).