Mois de la Photo à Paris 2012

Vertige du corps

Etienne Bertrand Weill photographe

16 septembre 2012 - 18 novembre 2012

Bibliothèque nationale de France

Quai François-Mauriac, 13e.

www.bnf.fr

Tel.: +33 1 53 79 42 77


Métro : Bibliothèque François Mitterrand ou Quai de la gare
Lundi : 14 h – 20 h
Mardi au samedi : 9 h – 20 h
Dimanche : 13 h – 19h
Entrée Libre


Plan sur Google maps Ajouter à ma sélection

Etienne-Bertrand Weill, Montage autour de Baptiste, pantomime de Jacques Prévert, 1948. Tirage argentique. BnF, Arts du spectacle, collection Etienne-Bertrand Weill © Etienne-Bertrand Weil

L’œuvre d’Étienne Bertrand Weill (1919-2001) est exemplaire du croisement fécond des langages ?et des formes entre photographie et spectacle vivant dans la seconde moitié du xxe siècle. ?En 1947, Étienne Bertrand Weill rencontre le grand réformateur du mime contemporain Étienne Decroux (1898-1991). Jeune photographe engagé? et curieux, il en devient très vite le témoin privilégié. Les séquences photographiques que réalise Weill servent au mime à mieux articuler sa grammaire ?de gestes et d’expressions. Pour le photographe, l’exploration du corps mimique représente le début d’une recherche esthétique inépuisable sur le mouvement, la lumière, l’équilibre et le déséquilibre, qui le conduise, à travers l’expérience tout aussi importante de la danse, vers des formes visuelles? de plus en plus immatérielles et abstraites.? Les Métaformes, traces photographiques de la ?seule trajectoire du mouvement d’un objet, sont l’aboutissement de ce parcours. Créées à partir d’objets mobiles conçus pour l’occasion et soumis? à des mouvements différents, à des accélérations ou décélérations qui définissent la durée et le rythme, ces images réalisent une synthèse entre ordre mathématique et moment imprévisible, qui met ?en question l’essence même de la photographie, tout en évoquant un langage symbolique et spirituel. Sollicité par de nombreux artistes, notamment le metteur en scène Jacques Polieri, le mime Marcel Marceau ou la danseuse Muriel Jaer, le photographe revient au théâtre, composant, à partir des années 1960, des suites cinétiques et des partitions visuelles pour des spectacles. Proposés sous forme de ?concerts, “Musiques pour les yeux”, ou bien comme dialogue vivant entre images projetées sur la scène ?et dynamique des corps en jeu, ces essais d’œuvre d’art total mettent la photographie au centre d’un univers expressif de musique, de danse et de théâtre.
À travers une sélection d’œuvres conservées par le Département des arts du spectacle et le Département des estampes et de la photographie, enrichie à cette occasion grâce à la générosité de la famille Weill, l’exposition permet de rendre compte de l’originalité du parcours artistique du photographe dans son ensemble.

Exposition conçue et organisée par la Bibliothèque nationale?de France en partenariat avec le Centro per la fotografia dello spettacolo di San Miniato (Italie) et l’Association Étienne Bertrand Weill (Jérusalem), sur une idée originale de Cosimo Chiarelli, lauréat de la Bourse Louis-Roederer pour la photographie en 2009.

Commissariat : Cosimo Chiarelli et Joëlle Garcia, conservateur en chef au département des Arts du spectacle