Mois de la Photo à Paris 2012

Bertille Bak, Circuits

28 septembre 2012 - 16 décembre 2012

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris

9, rue Gaston-de-Saint-Paul, 16e.

www.mam.paris.fr

Tel.: +33 1 53 67 40 00


Métro : Iéna ou Alma-Marceau
Du mardi au dimanche : 10 h – 18 h
Nocturne le jeudi : 10 h – 22 h
PT : 5 €


Plan sur Google maps Ajouter à ma sélection

Bertille Bak Faire le mur, 2008, vidéo 17 minutes © BErTILLE BAk

Bertille Bak est une jeune artiste née à Arras en 1983 dont les récits filmiques concilient des registres hétérogènes, poétiques, sociologiques, imaginaires et documentaires.
Élève de Christian Boltanski dont elle a suivi l’enseignement aux Beaux-Arts, cette conteuse a choisi la fabulation enjouée pour raconter ses histoires. Elle puise la trame de ses films dans la mémoire des familles et de certaines communautés culturelles, sociales et religieuses. Ses fictions documentées empruntent des voies détournées et utilisent différents médiums : films courts, sculptures mécanisées, objets sans objet, objets personnels ou bricolés, photographies, cartes et dessins d’archives témoignent de conditions d’existence ou de moments de vie éprouvants. Ses investigations l’amènent à suivre les tribulations de groupes souvent unis dans l’adversité, se trouvant en situation d’exil, de migration ou au seuil d’un départ. Ainsi, son intérêt s’est porté sur des émigrés polonais installés à Brooklyn, sur le parcours migratoire d’une famille rom, sur la révolte des mineurs du Nord-Pas de Calais, sur des habitants d’un quartier en Thaïlande menacés d’expulsion ou sur des religieuses dont les aînées sont invitées à déménager au dernier étage du couvent pour s’approcher du paradis. Le rôle de cette jeune artiste ne se limite pas à l’observation et au témoignage. Elle s’attache à recréer des liens, à consigner les traditions, les histoires et les identités des sociétés et des groupes avant leur dispersion ou leur disparition. Les digressions narratives de Bertille Bak associent des anonymes qui n’ont habituellement pas la parole, elles témoignent de l’engagement de l’artiste et participent à la fabrication de nouvelles mythologies.
L’exposition Circuits développe un parcours où Paris est le point d’ancrage des deux derniers projets de l’artiste. Ô quatrième porte sur le questionnement existentiel de religieuses retirées dans un couvent. Transports à dos d’hommes est un projet inédit réalisé avec les habitants d’un campement tzigane.

Commissariat : Jessica Castex