Logo Maison Européenne de la Photographie Paris
Mois de la Photo à Paris Novembre 2010 Berlin Brastislava Luxembourg Moscou Paris Rome Vienne
Ajouter à ma sélection Imprimer Voir sur le plan

Mario Cravo Neto, Corpo & Alma

Photographies, installation-sculpture, vidéo.

21 October 2010 - 24 December 2010

Galerie Esther Woerdehoff

www.ewgalerie.com

36 rue Falguière, 15e.

Tel.: +33 01 43 21 44 83

Mº : Falguière ou Pasteur.
Ouvert du mardi au samedi de 14h à 18h.
Entrée libre.

© Mario Cravo Neto. Courtesy Galerie Esther Woerdehoff

Fils d’un sculpteur célèbre, Mario Cravo Neto est né en 1947 à Salvador de Bahia. Bercé dans le milieu culturel de sa ville natale, il a commencé très tôt ses premières expériences artistiques : sculpture, dessin, installation, photo ou vidéo ; il ne s’est mis aucune frontière entre les différentes orientations prises par son activité artistique tout au long de sa vie.
L’exposition présente quarante-cinq tirages en noir et blanc, une installation-sculpture (1972, résine) et des vidéos personnelles.
Les photographies de Mario Cravo Neto, à la technique raffinée, sont d’une sensualité immédiate et d’une évidence paradoxale. Le plus souvent, les modèles ont les yeux bandés ou sont cachés par des objets, des animaux. Ils sont parfois photographiés de dos sans avoir accès au monde visible. Un galet émergeant d’une oreille, deux poissons jetés sur une épaule, un visage caché par une tortue, par de petits oiseaux blancs ou par des fils d’or. Autant d’images emblématiques d’un artiste qui avait dû repenser son travail au début des années 1970, à la suite d’un accident qui l’avait tenu immobilisé et l’avait contraint à travailler à la maison, en apportant un soin tout particulier à l’éclairage et en utilisant des objets trouvés ou familiers, dans une tentative d’apporter la composante tridimensionnelle de la sculpture à la photographie.
Imprégnée de la culture yoruba, son œuvre nous ramène au mythe de l’éternel retour, à la recherche d’un éden perdu, d’un lien unissant l’homme à la nature, l’homme au divin. Ses recherches iconiques se situent sur le terrain de l’énigme, de l’intangible, tout “comme sont inaccessibles les dieux, les Orixas et les morts”.
Avec onirisme, l’œuvre évoque les gestes ancestraux du candomblé, les rituels de badigeonnage du corps et de sacrifice. Mario Cravo Neto nous lègue un bouillonnement de visions et d’épiphanies aux sels d’argent mythiques qui semblent “diviniser l’humain et humaniser le divin”.
Considéré par beaucoup comme l’un des artistes brésiliens contemporains les plus importants, Mario Cravo Neto est décédé le 9 août 2009, à Salvador de Bahia.