Logo Maison Européenne de la Photographie Paris
Mois de la Photo à Paris Novembre 2010 Berlin Brastislava Luxembourg Moscou Paris Rome Vienne
Ajouter à ma sélection Imprimer Voir sur le plan

Saul Leiter

22 October 2010 - 27 November 2010

Galerie Camera Obscura

www.galeriecameraobscura.fr

268 boulevard Raspail, 14e.

Tel.: +33 01 45 45 67 08

Mº : Raspail.
Ouvert du mardi au samedi de 13h à 19h.
Entrée libre.

© Saul Leiter. Courtesy Galerie Camera Obscura - Howard Greenberg

L’œuvre de Saul Leiter est incontestablement une redécouverte majeure de ces dernières années : de photographe de mode connu des précurseur d’une street photography en couleur marquant une nouvelle étape dans l’histoire de la photographie.
Seul un pan de son œuvre a toutefois été présenté pour l’instant, ce que cette exposition entend réparer, en présentant pour la première fois hors des Etats-Unis la peinture de Saul Leiter, en la mettant en rapport avec sa photographie, montrant ainsi les éventuels dialogues ou influences de l’une sur l’autre.
Né en 1923, fi ls d’un grand rabbin de Pittsburg, Leiter était destiné à la théologie lorsque, irrémédiablement attiré par l’art, il quitte l’université à vingt-trois ans et décide de s’installer à New York pour se consacrer à la peinture. Il découvre peu après la photographie et commence à réaliser ses premiers clichés au Leica, en noir et blanc, dans les rues de New York. En 1948, il commence à utiliser la couleur, visiblement sous l’influence de sa vision et de sa pratique de peintre.
Leiter offre un rare exemple d’artiste ayant toujours et avec bonheur pratiqué en parallèle la photographie et la peinture, même si son succès et sa carrière comme photographe ont un peu éclipsé ce qu’il considère lui-même comme sa création “sérieuse”. “La peinture est glorieuse. J’aime la photographie, mais je ne suis pas certain que la photographie puisse faire ce que la peinture peut”, dit-il. Il est probable que c’est comme photographe que Leiter passera à la postérité, mais il est permis de penser qu’il n’aurait pas été le précurseur que l’on reconnaît maintenant, s’il n’avait pas possédé cet appétit, cette jouissance pour la couleur qu’il travaillait comme une matière brute et musicale dans ses gouaches et aquarelles.